J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud J'ai chaud.

L'air de rien, ça soulage.